Accueil / Conflits / Black Birds Squadron / Des Black Birds chez les Fédéraux

Des Black Birds chez les Fédéraux

Pendant quelques jours, et à l’occasion de l’affaire du Golconda, la Flotte de la Fédération a offert une préparation militaire intensive à tous les volontaires soucieux de perfectionner leurs qualités de combat. Plusieurs Black Birds se sont rendus dans les centres d’entraînement et nous font part de leur expérience.

Les détracteurs de la Fédération y ont vu une simple opération de communication destinée à restaurer l’image quelque peu écornée de la super-puissance. De mauvais esprits ont considéré que les autorités de Sol espéraient surtout recruter des soldats pour remplacer les incapables qui désertaient au milieu des zones de conflit. Dans tous les cas, l’occasion était trop belle pour ne pas en profiter : plusieurs pilotes du Squadron se sont rendus dans les camps d’entraînement de l’espace fédéral, pour y découvrir les techniques de combat de haut niveau et accéder à des postes de responsabilité au sein de la Flotte. De retour à Munfayl, ils ont accepté de nous faire part de leur expérience.

Vox Veritas : Slan Isandriel, vous êtes mercenaire du Consilium depuis peu, je crois?

Slan Isandriel : Je suis nouvellement arrivé chez les Black Birds et après quelque mission avec mes frères d’armes, je me suis vite aperçu qu’il me manquait cette expérience qui peut être décisive lors d’un combat, ainsi qu’un vaisseau de combat digne de ce nom pour aller sur le front thargoide. C’est pourquoi, en entendant parler de cette opportunité j’ai décidé de partir avec mon Krait phantom vers le système d’Ochosi, où se trouvent plusieurs faction de la fédération.

Vox Veritas: Quelle était votre ambition en vous inscrivant à ce programme de formation?

Slan Isandriel : Mon ambition était simple, obtenir le grade suffisant pour être autorisé à piloter une Corvette. C’est vrai que Sol est assez attractif, mais plus par curiosité qu’une ambition carriériste.

Vox Veritas : pouvez-vous nous expliquer comment s’est passée votre formation  ? Comment avez-vous vécu ce temps fort ?

Slan Isandriel : Tout d’abord, celle-ci a été assez rapide pour le moment, dans un premier temps j’ai fait des missions pour me faire connaître des factions fédérale locales. Les premières missions n’étaient pas forcément très intéressantes, surtout de la livraison de données et de rapports internes. J’ai du effectuer sur ces dernières semaines plus d’une centaine de missions, c’est une cadence très intense, mais qui apprennent une méthodologie très précise.

Vox Veritas : et avez-vous bénéficié d’une formation militaire proprement dite?

Slan Isandriel : J’ai ensuite effectué des missions pour la Flotte fédérale… je ne peux, vous le comprendrez, entrer dans les détails des opérations que l’on m’a demandé de faire pour atteindre le grade qui est le mien aujourd’hui. Celles-ci étaient assez variées, ça allait de “l’analyse”, à la livraison de marchandises nécessaires à la Flotte.

Vox Veritas : Vous n’avez quand même pas l’intention de vous mettre au service de la Fédération?

Slan Isandriel : Je n’ai pas encore terminé ma formation, mais je suis et je resterai avant tout un Black Bird. Même si les sirènes de la Fédération sont très attirantes, j’appartiens au Consilium, et les opérations BBSC seront toujours prioritaires même si je ne suis que depuis peu un BBA.

Slan Isandriel nous a confié qu’il était parvenu au grade de Lieutenant. Dans quelque temps, fort de son expérience, nul doute que le Consilium lui confiera les commandes d’une imposante  Corvette fédérale et l’enverra sur des terrains d’opération à haut risque. Le Cmdr Zaro Dime, pilote déjà aguerri, s’est également inscrit à la formation fédérale. Son ressenti est toutefois quelque peu différent.

Vox Veritas : Et vous, commandant Zaro, avez-vous dû réaliser quelques actions militaires éclatantes pour faire reconnaître vos talents auprès de la Marine fédérale ?

Le Cmdr Zaro : Oui, bien sûr. J’ai gagné deux rangs en enchaînant des missions délicates… J’ai dû échapper à quelques interceptions, mais, rien d’insurmontable pour un pilote de ma qualité… héhé (sifflotte) … Entre nous, j’ai surtout graissé la patte à droite et à gauche… quelques dons… pour les oeuvres, vous savez… contre la famine ici… l’épidémie là-bas… Les intermédiaires en empochent une bonne partie au passage… Rien de tel pour se faire bien voir de ces pourris de la Fédé ! Quel bande de ripoux cupides… Parlez-moi d’une super-puissance démocratique  ! En attendant, je suis Lieutenant Commander, sans avoir l’impression d’avoir volé mes galons… Je les ai surtout achetés, en fait ! La Corvette, ça sera pour bien plus tard…

Crédits photo : Galnet.fr

A Propos de Isba Passacaille

Isba Passacaille
Née à Facece, Isba Passacaille a entamé une prometteuse carrière de journaliste mondaine sur Achénar, enchaînant interviews, champagne et petits fours dans les coulisses du Sénat impérial. Sa vie professionnelle a pris un tournant rapide le jour où, après un cocktail de trop, elle interrogea la sénatrice Zémina Torval sur ses traitements anti-âge et sa sexualité. Depuis, elle a précipitamment rejoint le Vox Veritas, où elle s'occupe des faits divers et des questions de société.

Nous vous conseillons

Nous sommes la Frontière !

C’est désormais officiel, le Black Birds Squadron a été reconnu ce jour comme la première …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *