Accueil / Affaires Galactique / Nouvelles attaques thargoïds contre des stations dans les Pléiades

Nouvelles attaques thargoïds contre des stations dans les Pléiades

Hier matin, les monstres extra-terrestres ont frappé une nouvelle fois les Pléiades en leur coeur. Notre envoyé spécial s’est rendu sur place.

Trois stations ont été touchées hier par une nouvelle vague d’attaques, sur les systèmes HIP 17497 (Bao Landing), HIP 17694 (Hudson Observatory), et Electra (Cavalieri). Le mode opératoire est identique à celui employé lors du précédent assaut: des appareils Thargoïds ont désactivé les bases, et ont ensuite ouvert le feu sur leur adversaire désarmé et impuissant. Les aliens ne connaissent décidément pas le code de l’honneur, ni le sens humain de la pitié. On déplore une nouvelle fois des centaines de victimes parmi les paisibles habitants des stations livrées aux flammes, aux destructions, et aux effets des armes caustiques. De nombreux volontaires se relaient en ce moment pour tenter de porter secours aux survivants. Des frégates médicales dépêchées à proximité recueillent les rescapés.

Malgré les similitudes avec le scénario de la semaine dernière, et auquel il faudra sans doute hélas s’habituer, on peut noter quelques particularités propres aux événements survenus hier: on notera par exemple que sur les trois stations concernées par les attaques, deux seulement sont cette fois affiliées à l’initiative de recherche Aegis: la troisième, Hudson Observatory est en effet sous contrôle de Pleiades Research Enterprise (P.R.E.), organisation corporatiste dépendant de la Fédération. On remarquera aussi que si les frégates médicales arborent les couleurs de leur faction (Aegis ou P.R.E.), elles portent toutes trois l’inscription « Rescue Rangers » et semblent donc avoir été armées par la Fédération des Pilotes.

Pourquoi les aliens s’en prennent-ils également au groupe chargé de longue date d’assurer le contrôle fédéral sur la région des Pléiades ? Il est trop tôt pour dire s’il s’agit d’une simple coïncidence, ou si les créatures xénomorphes agissent selon une logique concertée et préméditée. De même, on ignore pourquoi l’imposant hub de communication d’Electra, qui pourrait être senti comme une menace par les Thargoïds, a été épargné.

 

Le jour d’après

Pendant qu’une macabre course contre la montre est lancée sur Bao Landing, Cavalieri et Hudson Observatory afin de sauver des vies, les bases frappées la semaine dernière pansent difficilement leurs plaies. Le spatioport de The Oracle est désormais opérationnel, mais il faudra du temps et des ressources pour remettre la station entièrement en état. La zone d’habitation a heureusement pu être isolée du vide spatial et des parties abîmées grâce à un champ de force, mais les dégâts subis sont énormes, et les stigmates laissés par les armes corrosives sont encore bien visibles. Face à l’ampleur de la tâche qui les attend, les dirigeants de The Oracle ont de nouveau fait appel aux pilotes de bonne volonté.

Si nous ne sommes plus dans la même situation d’urgence que la semaine dernière, l’apport d’une aide humanitaire reste encore essentielle pour nous à ce stade. Entre 600 et 1600 unités de béryllium, d’indium et de gallium sont indispensables aux opérations de reconstruction. Le tantale est un autre matériau dont nous avons un cruel besoin en ce moment.

confiait l’un des responsables. A l’intérieur de la station The Oracle, diverses missions d’approvisionnement sont également proposées aux O.N.G. et aux pilotes indépendants qui souhaitent se montrer solidaires envers les sinistrés.

A Propos de Albert Blondin

Albert Blondin, romancier et journaliste, s'est rendu célèbre par ses reportages d'investigation. Il a découvert Munfayl et le Consilium au cours d'une enquête portant sur les asiles psychiatriques. Il n'a plus songé à en partir, surtout depuis qu'il a découvert l'UAlcool au Perséphone. Il met depuis quelque temps tout son talent à suivre les Black Birds sur les théâtres d'opération.

Nous vous conseillons

Alvinia de Messalina : Le Conseil prononce l’ amnistie

Une année s’est écoulée depuis le départ précipité d’Alvinia de Messalina et de quelques officiers …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *